Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04/07/2010

L'abeille communicante

Des ruches sur le toit de la Mairie du IVe

MairieIV.JPG
Mairie du IVe

« On va l'appeler n° IV » annonce Dominique Bertinotti, maire du IVe arrondissement. La première récolte de miel des cinq ruches disposées depuis la mi-juin sur les toits de la mairie fait l'unanimité. La douce folie du miel et des abeilles vient de faire une nouvelle victime. Après les apiculteurs intra-muros de longue date, et les particuliers, c'est au tour de la municipalité de surfer sur la vague des abeilles et de la biodiversité. Les ruches de la Mairie du IVe viennent s'ajouter à celles du Grand Palais et du Crédit Municipal.


Opération de communication ou réelle promotion d'une activité naturelle accessible aux citadins ? « Profiter de l'engouement qui existe autour des abeilles et de leur image positive, certes mais pas seulement », déclare-t-on au cabinet de Fabienne Giboudeaux, adjointe aux Espaces verts de la mairie de Paris. « La municipalité est surtout là pour faciliter et encadrer les installations. Pour faire participer les citoyens aussi. Nous travaillons par exemple avec un conseil de quartier dans le XVIIIe. Le projet c'est l'installation de ruches dans un espace vert. C'est aussi la formation de deux personnes aux techniques apicoles. »


Perret.JPG
Marc Perret


Une dynamique qui représente une aubaine pour Marc Perret apiculteur amateur. « Je voulais poser mes ruches à Paris. Je me suis d'abord adressé aux monastères sans succès. Puis un ami apiculteur dans le XXe m'a signalé que la Mairie cherchait à installer des ruches. » La prise de contact se fait en début d'année. Installation des cinq pied-à-terre parisiens pour les ouvrières butineuses en présence des membres du conseil des enfants. La production démarre sur les chapeaux de roue. « La diversité florale de la capitale et la quasi absence de pesticides fait des merveilles. En un mois, j'ai déjà récolté 90 kg de miel. » Le résultat dépasse toutes les espérances. Dorénavant, tous les jeunes mariés recevront des mains de la maire un petit pot de « Numéro quatre de chez l'abeille ».


Une attention qui fait sourire Marc Perret « l'engouement, la communication, c'est positif. Il ne faut pas bouder son plaisir. Ce qui se passe autour du miel aujourd'hui va dans le bon sens. Le seul danger serait de vouloir se lancer sans formation. » En goûtant le miel du Marais, blond comme les blés, doux comme un bonbon, la tentation est grande d'éluder le conseil.


V. L.