Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04/07/2010

L'abeille marketing

Les ruches du Grand Palais (VIIIe)


nicogeant.JPG
Nicolas Géant, apiculteur

« Nous allons commencer à vendre le miel du Grand Palais cet automne », annonce Melvina Mossé-Caubel, responsable du mécénat. « Celui récolté l'année dernière nous servait surtout d'outil de communication. Cette année en plus, nous allons le commercialiser. Le miel estampillé « Grand Palais » est un produit rare, mais il restera abordable, ouvert à tous.» D'après Melvina, marketing oblige, le miel devrait être présenté dans des « pots semblables à des produits cosmétiques ».

Le jeu en vaut-il la chandelle ?

Pour assurer une production suffisante, Nicolas Géant, apiculteur au Grand palais, passe à la vitesse supérieure. Portées à bout de bras trois nouvelles ruches empruntent tour à tour, un long et étroit escalier en colimaçon. Direction, les toits gris-noir en zinc écrasés par le soleil de juillet. Parcours du combattant, franchissement d'obstacles. Les trois nouvelles colonies rejoignent enfin les deux ruches déjà en place. Opération terminée, Nicolas Géant essoufflé par l'effort est en nage. Le jeu en vaut-il la chandelle ? « Bien sûr, car à Paris les abeilles sont plus productives. Loin des pesticides elles prospèrent. La production ici est bien supérieure à celle de province. Cette année a été mauvaise à cause d'un mois de juin froid. Malgré cela nous espérons produire au moins 150 kg de miel. »


Ses abeilles « Buckfast », réputées calmes, sont relativement excitées. «C'est normal car ont les a un peu stressées mais tout va rentrer dans l'ordre », indique Nicolas, chapeau d'apiculture sur la tête. Injection de fumée dans la plus grande des  ruches, le calme revient. L'apiculteur extrait un cadre alvéolé gorgé de miel. Pour goûter le produit, il n'y a plus qu'à  enfoncer le doigt. Sous la cire le délice. Les qualités florales de ce miel parisien font le régal du Palais. La variété des fleurs butinées par les ouvrières du VIIIe conditionne sa qualité. « Les abeilles peuvent aller loin, elles profitent de toutes les opportunités. L'offre est très importante. Les fleurs des jardins de l'Elysée sont par exemple à la portée de nos butineuses.», affirme Nicolas Géant.

Un amplificateur de notoriété

Le miel de Paris en général et celui du Grand Palais en particulier sont des produits naturels prestigieux. Pureté et symbolique positive en font des amplificateurs de notoriété. L'abeille outil marketing, le concept ne gêne pas l'apiculteur. Il assume totalement cette facette de son travail. Il travaille avec des entreprises qui peaufinent leur communication, « En interne pour les salariés de Vuitton. A destination des clients,  pour le restaurant de la Tour d'argent. Ils utilisent le miel de leurs sept ruches pour faire des sauces ». Ancien directeur commercial, Nicolas Géant n'a pas fini de faire son miel du pouvoir de fascination qu'exercent en ce moment les abeilles de Paris.

www.grandpalais.fr

www.nicomiel.com


V. L.