Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03/07/2010

Miel parisien : la fête au palais

honey.png« Les abeilles ne savent pas produire de mauvais miel. C'est leur nourriture », affirme Jean-Jacques Shackmundès apiculteur dans le quartier de la Butte-aux-Cailles (XIIIe). « Paris et son cortège de pollutions sans effet sur la qualité de la production mellifère. Les traces de métaux lourds sont infinitésimales ». Facile à vérifier, il suffit de goûter : Le miel du XIIIe arrondissement est doux et parfumé; Celui des toits de l'Opéra Garnier léger et sophistiqué; La dernière production du rucher de la Mairie du IVe dégage des saveurs florales et poivrées.

Une touche fleurie marquée relie ces « miels intra muros ». Elle n'est pas la seule. A la dégustation, la complexité et l'abondance de saveurs et de parfums surprend. « La variété de fleurs en ville est importante, presque anormale. Les abeilles en profitent. On retrouve cette richesse dans le miel qui diffère d'une récolte à l'autre » indique Marc Perret, apiculteur dans le Marais (IVe). Le dénominateur commun des miels parisiens, c'est « leur qualité mais aussi leur diversité ».

Malgré les « quatre cents à cinq cents ruches » implantées à Paris, le miel autochtone est un produit rare. La production artisanale en garantit la qualité. « Tant que les producteurs ne feront pas pisser les ruches» comme le proclame Jean-Jacques, la pérennité du miel parisien de qualité est assurée.


 

Reportage radio effectué dans les jardins du Luxembourg (fin juin 2010). Dégustation de miel proposé aux passants. Le but, vérifier si le miel parisien est à la hauteur de sa réputation. Utilisez le player mp3 ci-dessous pour écouter le reportage.
V. L.
et Matéo Lacour, avec le concours de Catherine Lama.


 

 

COMPOSITION DU MIEL

Glucides :
78 à 80%, essentiellement du fructose.
Protéines
: moins de 1%.
Lipides
: traces.
Eau
: environ 18%
Sels minéraux
: de 0,1 à 0,5 %
Acides organiques
: 0,3%
Vitamines
: essentiellement vitamines B
Ph
: variable selon la nature des miels. Entre 3,2 et 4,5 pour les miels de nectar. Le pH des miels de miellat est de l'ordre de 4,5 à 5,5.

Les commentaires sont fermés.